Le budget principal de la commune s'équilibre à la somme de 13 303 781,50 €, soit 7 152 627,56 € pour le fonctionnement et 6 151 153,94 € pour l'investissement. À un an des élections municipales, l'opposition n'a pas manqué de monter au créneau par la voix de Marc de Gually, critique reprise dans le prochain bulletin municipal. «La municipalité a fait le choix d'augmenter la pression fiscale des habitants de manière constante depuis cinq ans en doublant systématiquement l'augmentation des bases liée à l'inflation et le taux communal, et la dernière année de réalisation ne permet pas de voir de marges de manœuvre à l'avenir, au détriment de projets pour la ville».

Il a rajouté, en s'adressant au maire que «la fiscalité, sur une base 100 au début de votre mandat est en 2019 sur une base 113. Le projet de la gare, trop lourd, phagocyte à lui seul les moyens de la collectivité». Jean-Paul Raynaud lui a répondu. «Depuis 2014, on assiste à un désengagement de l'Etat. La Région Occitanie et le département du Tarn ont été également impactés. Ils poursuivent leurs aides, mais obtenir des subventions est de plus en plus difficile. La question majeure quand on réalise des investissements est celle-là : sont-ils utiles et indispensables ? Gare et centre-ville devaient être rénovés. Tarn Habitat, impacté par la politique de l'état, a dû retarder la démolition de l'immeuble de la place Emile Albet. Mais ces démolitions prochaines du Cinélux et de la salle des associations impliquent leur nécessaire remplacement.»

Interpellé sur ses augmentations d'impôt, le maire a répliqué. «En comparant avec le mandat précédent où vous étiez aux affaires, notre augmentation annuelle sur les trois taxes a été constante, de 1,20 % par an. Entre 2007 et 2013, vous avez augmenté annuellement, en moyenne, la taxe d'habitation de 2,48 %, le foncier bâti de 1,56 % et le foncier non bâti de 1,98 %». Delphine Maillet-Rigolet, l'adjointe aux finances, a ajouté. «Comme nous nous y étions engagés, pour notre fin de mandat, nous réalisons le regroupement du pôle sportif à l'Albaret, du pôle social et intergénérationnel à Victor Hugo, et du pôle culturel à la gare».       source : ladepeche.fr