Le célèbre danseur Aurélien Alberge, frère d'Émilie, sera présent à Saint-Juéry afin de proposer un stage de deux jours à l'école de danse de sa sœur au Studio Ballet au 9 avenue Emile-Andrieu. Ce stage se déroulera le samedi 30 et le dimanche 31 mars toute la journée et comprendra un cours intermédiaire moyen ouvert aux enfants à partir de 10 ans. Lors de ces journées, deux cours de classique seront proposés inter-moyen et avancé ainsi qu'un cours de contemporain avancé. Aurélien a été formé et diplômé à l'école de danse de l'Opéra national de Paris et débuta sa carrière de danseur en Espagne, à Dantzaz Konpainia.

Il intégra ensuite le célèbre ballet Malandain à Biarritz en 2009 où il dansera en tant que demi-soliste. Fort de toutes ces diverses expériences, il est engagé aux ballets de Monte Carlo en 2012 où il interprétera de nombreux rôles principaux. En août 2017, il décide de quitter Monte Carlo pour aller s'installer à Paris. Aurélien en profite pour obtenir son diplôme d'État de professeur de danse avant d'intégrer le célèbre cabaret du Lido de Paris. Aurélien est soliste cancan au Lido dans le show Paris Merveille ; ce sont deux représentations par soir six jours sur sept pour danser le même spectacle, c'est l'aboutissement d'un travail acharné et surtout une très grande réussite. Aurélien est un artiste pluridisciplinaire, en parallèle de sa carrière de danseur, il est aussi chorégraphe et metteur en scène pour différents types de spectacles, de cabaret au théâtre en passant par le ballet et la pièce contemporaine. C'est un univers touche à tout qu'Aurélien partage aujourd'hui avec plaisir et générosité dans ses cours, ses ateliers et ses créations. «Après plusieurs années d'absence, je suis très heureux de revenir dans le Sud pour deux jours de stage dans cette école que j'affectionne particulièrement, celle de ma sœur, Studio Ballet. Il me tarde de retrouver les jeunes danseurs pour un week-end placé sous le signe du partage», indique Aurélien qui en profitera pour voir pendant quelques jours sa famille tarnaise.     source : ladepeche.fr