Il avait appris le métier d'horloger dans sa jeunesse, mais la vie l'avait conduit vers une tout autre profession.  Cependant, la retraite venue, ce Drômois d'origine est revenu à ses premières amours. «Ça fait toujours plaisir à des papis mamies de pouvoir faire réparer une pendule qu'ils tiennent de famille. Le plus souvent, elle n'a plus de valeur marchande, mais une grande valeur sentimentale».

Alors Albert Soubeyrand répare et entretient tous les mécanismes d'horlogerie et des montres de prestige. Il restaure et entretient des mécanismes anciens et modernes d'horloges et carillons. Souvent, lui sont confiées des horloges comtoises, des pendules de cheminée.

Et Albert remet les pendules à l'heure pour la plus grande joie de leur propriétaire.        source : ladepeche.fr