Jacques Cebula a été l'emblématique chef du centre de secours de 1984 à 2009, avec le grade de capitaine. Son engagement chez les sapeurs-pompiers a commencé 10 ans auparavant, en suivant l'exemple de son beau-père Camille Portal, sapeur-pompier volontaire de 1958 à 1982, décédé en 1990. «J'ai été très marqué par la forte personnalité de mon beau-père, un homme dur, mais d'une rectitude exemplaire, d'un total dévouement aux autres». Mais Jacques a été surpris, lorsque le colonel Layolle, du SDIS, lui a proposé de devenir chef de centre.

«Il y avait des anciens à qui ce poste revenait, me semblait-il, mais ils m'ont tous apporté leur soutien». Et il s'en passe des choses dans une carrière de sapeur-pompier. Des choses dures, bien sûr, mais le moteur «C'est la lumière, le soulagement que l'on lit dans les yeux des victimes et des personnes présentes sur les lieux du sinistre», précise Jacques Cébula. En 35 ans, bien des choses remontent à la mémoire : «Au début des années 80, l'incendie des Éts Ballario. Les diverses inondations aux Avalats, notamment en 82 et 94 où la télévision nationale était venue couvrir. Puis nos mobilisations comme renforts pour les feux de forêts en Provence et Languedoc, les inondations à Sommières où nous sommes restés une semaine. Pour la première intervention avec mon fils Yannick, nous avons recueilli un motocycliste mort dont la jambe arrachée était restée sur la route… Mais le plus insupportable, ce sont les enfants morts dans des accidents, et le pire de tout, c'est la mort subite du nourrisson où nous faisons face à l'incrédulité et la détresse absolue des parents». Rien de cela n'est, en soi, bien réjouissant. Mais l'aide, le réconfort et bien entendu toutes les vies sauvées sont un puissant moteur pour toutes ces femmes et ces hommes qui s'engagent pour le bien commun. Alors, tout naturellement, Yannick et Yvan, les deux fils de Jacques, se sont engagés depuis 1991 pour l'un, 1994 pour l'autre. À 15 ans, Baptiste, brillant élève au lycée Rascol et fils de Yannick, s'est engagé depuis septembre comme jeune sapeur-pompier. Et Jacques, son toujours jeune et dynamique papi, n'en est pas peu fier !      source : ladepeche.fr